Rapport de l IFES sur les Elections Presidentielles Decembre 1993

Publication Date: 
31 Dec 1993

Publication Type:

Language(s):

INTRODUCTION

La République de Guinée a tenu ses premières élections présidentielles multipartites Le 19 décembre 1993. Huit partis politiques ont présente des candidats. Les élections constituaient l'aboutissement de plus d'un an de débats et de planification entre l'Etat et les partis d'opposition. Le 4 janvier 1994, la Cour Suprême de Guinée a avalise la victoire du président Lantana Conte, avec 51,7% des votes. En annonçant les résultats de l'élection, le président de la Cour Suprême, Lamine Sidime, a concède que les élections du 19 décembre n'étaient pas allées sans quelques problèmes techniques. Selon la Cour Suprême, ces problèmes ont abouti à l'annulation des résultats électoraux a Siguiri et Kankan, deux bastions de l'opposition. Toutefois, selon la Cour, ces difficultés ne traduisaient pas une fraude généralisée, ni universelle. Ces problèmes n'ont pas non plus justifie un deuxième tour électoral dans les 33 préfectures guinéennes, ni les cinq communes de Conakry.

L'opposition n'a pas reconnu le caractère ouvert et transparent des élections, ni l'obtention par le président de plus de 50 % des voix au premier tour. Les résultats électoraux provisoires ont ente transmis (par circonscription) par radio, téléphone, télécopieur et coursier a la Commission nationale de recensement des votes (CNR), siégeant au Palais du Peuple. Les décomptes provisoires a 19hOO le 22 décembre 1993 indiquaient que le président Conte bénéficiait de 44,92% des voix (939.814 votes), suivi de Alpha Conde, avec 26,43% (soit 552.983 votes), en troisième Mamadou Ba avec 12,84% (soit 268.599 votes), et serre de prés par Siradou Diallo avec 11,88% (soit 248.522 votes). A 19h00, 37 des 38 circonscriptions électorales avaient ente décomptées.

Du point de vue mathématique, il semblait fort possible qu'il y ait un second tour entre le président Conte et Alpha Conde. La commune de Ratoma, dernière circonscription non décomptée, regroupait 111.911 électeurs inscrits. Pendant son observation de la procédure de décompte local des votes, l'adjoint du maire a informe l'IFES que prés de 50% des bureaux de vote de Ratoma n'étaient pas fonctionnels le jour des élections. En d'autres termes, prés de la moitie des électeurs admissibles ont ente en mesure de participer aux élections, c'est-a-dire 56.000 électeurs (si l'on présume une participation électorale de 100% des électeurs en mesure de voter). Au niveau international, il restait encore à enregistrer les résultats de plusieurs ambassades guinéennes a l'étranger. Toutefois, le nombre total de votes non décomptes n'était pas suffisamment important pour influer les résultats relèves pour les deux principaux candidats.

Lire le Rapport Complet.